Statistiques

Il est actuellement difficile voire impossible de créer une base de données des incidents de sécurité humanitaire.  

Malgré des tentatives régulières d’échanges entre des organisations humanitaires, celles-ci n’ont pas de réel désir de partager les informations sur ce sujet. Humanitarian Protection a coordonné une collecte de données et a mis en place une base de données la plus exhaustive possible mais toujours incomplète, incluant les données de 1942 à 2011 venant des acteurs Humanitaires, de développement et des Nations Unies :
- ONG
- Croix-Rouge & Croissant-Rouge
- Agences des Nations Unies
- Soldats de la paix (Casques bleus)


Plus de 30 pays considérés
Plus de 30 nationalités représentées
Plus de 20 organisations humanitaires représentées

(Basé sur les données disponibles collectées de 1993 à 2011)

Causes des décès et blessures des travailleurs humanitaires des ONG, Croix-Rouge, Agences UN et soldats de la paix.

Il y a une augmentation claire du nombre d’incidents de 1993 à 2011.
Les incidents “crashs aériens” et “liés aux déplacements” sont plus mortels que les autres catégories d’accidents. Les incidents dans les catégories «lié aux déplacement», «kidnapping», «lié aux Autorités officielles» et «lié aux tirs» semblent être en hausse ces dernières années.
les incidents du type “violence sexuelle” sont rarement rapportés, il est difficile d’avoir une image claire dans cette catégorie.

(Basé sur les données disponibles collectées de 1993 à 2011)

Nombre de morts et blessés des travailleurs humanitaires des ONG, Croix-Rouge, Agences UN et soldats de la paix.

Il y a une augmentation claire du nombre d’incidents de 1993 à 2009.

(Basé sur les données disponibles collectées de 1993 à 2011)

Nombre des violences intentionnelles et non intentionnelles envers les travailleurs humanitaires ONG, Croix-Rouge, Agences UN et soldats de la paix.

Les violences non intentionnelles sont nettement moins importantes que les violences intentionnelles.

Analyse de 
vulnérabilité 

(Basé sur les données disponibles collectées de 1993 à 2011)

ONG

Les ONG (ONGI & NGO) souffrent d’un large panel de risques.
Mis à part les risques de “bombardement”, “environnemental”, “arrestation” et “torture”, tous les types de risques affectent les ONG.
Les principaux risques de décès ou de blessures des travailleurs humanitaires des ONG sont:
- Les incidents durant les déplacements
- Le crash aérien
- Le kidnapping

Le grand nombre d’ONG qui existent, les nombreuses missions ainsi que les capacités de formations... peuvent expliquer ces chiffres.

(Basé sur les données disponibles collectées de 1993 à 2011)

Croix-Rouge

La Croix-Rouge est affectés par un nombre de types de risques relativement bas.
Les principaux risques de décès et blessures des travailleurs humanitaires de la Croix-Rouge sont:
- Les incidents durant les déplacements
- Le kidnapping

La Croix-Rouge utilise le plus souvent des avions privés, ce qui limite grandement le risque “crash aérien”

(Basé sur les données disponibles collectées de 1993 à 2011)

Agences des Nations Unies

Les Agences UN sont affectées d’un nombre de types de risques relativement bas.
Les principaux risques de décès et blessures des travailleurs humanitaires des Agences UN sont:
- Les incidents durant les déplacements
- Le crash aérien
- Le kidnapping
- Les engins explosifs

Les Agences UN utilisent souvent des escortes armées et d’autres moyens militaires pour assurer leur sécurité. Ceci pourrait expliquer les données obtenues.

(Basé sur les données disponibles collectées de 1993 à 2011)

Soldats de la paix

Les Soldats de la paix sont affectés d’un nombre de types de risques relativement bas.
Les principaux risques de décès et blessures des travailleurs humanitaires des soldats de la paix sont:
- Le crash aérien
- Les incidents durant les déplacements
- Le bombardement
- Les engins explosifs

Si les catégories de risques sont moins nombreuses, celles qui restent sont plus dangereuses et plus mortelles.

Analyse comparative

Une analyse comparative des différents types d’organisations permet de comprendre et réaliser l’importance d’adapter les mesures de sécurité.
Les 4 principaux risques sont:
- Les incidents durant les déplacements
- Le kidnapping
- Le crash aérien
- Les engins explosifs
- Les organisations humanitaires devraient porter leur attention sur ces risques qui sont de loin les plus mortels pour les travailleurs humanitaires.

Violence dans l'Action Humanitaire : Les chiffres

  • 68% des morts sont dues à des violences intentionnelles = Travailleurs humanitaires ou organisations humanitaires clairement pris pour cible 
  • 08% des morts sont dues à des causes médicales (Malaria, fièvres hémorragiques, HIV/AIDS...) 
  • 17% des morts sont dues aux accidents de véhicules (voiture)
  • 07% des morts sont dues à des violences non intentionnelles
  • 29% des travailleurs humanitaires (expatriés) ont déclaré avoir été témoin ou avoir reçu des pressions que l’on peut qualifier de harcèlement sexuel et/ou moral, de la part de collègues ou de responsables hiérarchiques durant les missions humanitaires auxquelles ils ont participé 
  • 78% des travailleurs humanitaires ont déclaré s’être sentis en danger pendant les missions humanitaires auxquelles ils ont participé
  • 49% des travailleurs humanitaires estiment que les ONG prennent assez en compte la sécurité de leurs projets et mettent en place des outils de sécurité qui permettent de travailler en sécurité 
  • 7/1 = Le ratio de mortalité entre les travailleurs humanitaires “nationaux” et “internationaux” (7 Nationaux meurent pour 1 mort international)
  • 1/3 des travailleurs humanitaires qui sont morts, sont décédés au cours de leurs 3 premiers mois de mission
  • 40 ans = L’âge moyen de la mort des travailleurs humanitaires
  • 50% = Le pourcentage de travailleurs humanitaires avec des “hauts diplômes (Bac +5)” morts en mission humanitaire
  • 24 = Le nombre moyen de travailleurs humanitaires qui meurent chaque année (calculé de 1942 à 2008)
  • 36% = L’augmentation mondiale du pourcentage de travailleurs humanitaires des Agences des Nations Unies tués de 2007 à 2008 (source: Secrétaire général des Nations Unies)
  • 61% = Le pourcentage relatif d’augmentation du nombre d’attaques envers les travailleurs humanitaire en 2008 (incluant l’Afghanistan, la Somalie et le Soudan).
  • En 2008 =  le taux de mortalité du personnel humanitaire recruté sur le plan international excédait celui des troupes de maintien de la paix (source: UNOCHA)
  • Plus de 90% des avions cargos identifiés dans les rapports sur les trafics d’armes ont aussi été utilisés pour l’aide humanitaire et les opérations de maintien de la paix entre 2004 - 2009. (Rapport SIPRI, 20.04.2010)
  • Un travailleur d'une société de sécurité privée, au service du Ministère de la Défense US en Afghanistan, a 4.5 fois plus de risque de décéder qu'un soldat régulier.(Rapport du Congrès Américain, 15.07.2010)
  • Les chercheurs de l'US Centers for Disease Control and Prevention (CDC) et ses collaborateurs, y compris l'École Mailman de l'Université Columbia de la Santé publique, a interrogé 212 travailleurs humanitaires internationaux dans 19 ONG (organisations non gouvernementales). Avant d'être déployé, 3,8% ont signalé des symptômes d'anxiété et 10,4% des symptômes dépression, qui est en ligne avec la prévalence de ces troubles dans la population générale, selon les chercheurs. Après le déploiement, ces taux a grimpé à 11,8% et 19,5%, notent les chercheurs. Trois à six mois plus tard, alors qu'il y avait une certaine amélioration dans les taux d'anxiété - tomber à 7,8 pour cent - le taux de dépression étaient encore plus élevés à 20,1%. Les chercheurs ont également noté que l'adaptation à la vie de famille est souvent difficile pour ces travailleurs humanitaires.

Autres statistiques

Aid Worker Security Database
Humanitarian Outcomes
19 Août : Journée Mondiale de l'Humanitaire

© Hp.org Tous droits réservés